Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Préparatifs du Traité d’amitié et de coopération : Les Premiers ministres (...)

Préparatifs du Traité d’amitié et de coopération : Les Premiers ministres ivoiriens et burkinabè ouvrent la séance de travail bilatérale entre les experts

vendredi 7 juillet 2017

Les Chefs de Gouvernement du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire, Paul Kaba THIEBA et Amadou Gon COULIBALY, ont co-présidé l’ouverture de la séance de travail bilatérale entre les experts burkinabè et ivoiriens le vendredi 7 juillet 2017 à Ouagadougou. Une séance aux cours de laquelle les experts des deux pays ont examiné les dossiers prioritaires et spécifiques devant être abordés lors de la 6e conférence au sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC).

A l’ouverture des travaux de la séance de travail bilatérale entre les experts burkinabè et ivoiriens, Paul Kaba THIEBA a soutenu que les peuples burkinabè et ivoiriens sont unis par la géographie, l’histoire, la culture et par une intensité des rapports humains entre les deux nations.

Selon lui, le TAC signé le 29 juillet 2008 a créé le cadre institutionnel et diplomatique pour le renforcement du dialogue et de la coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

« Le TAC a permis d’accélérer notre coopération économique, politique et culturelle. Ce traité est l’expression de l’engagement de nos deux Gouvernements et de nos deux peuples de marcher ensemble, main dans la main, vers l’émergence, en ces temps troublés par la prévalence des zones de conflits en Afrique et dans le monde. Ce traité a contribué activement à la consolidation de l’axe Yamoussoukro-Ouagadougou, devenant ainsi l’instrument privilégié d’intégration et de développement entre nos deux peuples », a-t-il expliqué.

A l’entendre, la tenue prochaine de la 6e conférence au sommet du TAC prévus du 13 au 18 juillet 2017 à Ouagadougou va permettre de poser de nouveaux jalons dans la construction de cette histoire commune.
Il a souligné que dans ce monde en pleine mutation, les deux pays en marchant ensemble seront plus forts pour affronter les défis auxquels ils sont confrontés à savoir les défis de l’émergence, de la paix et du bonheur pour les deux peuples.

«  Nous devons unir nos efforts et mutualiser nos moyens pour lutter efficacement contre la pauvreté et contre les menaces à la paix notamment le terrorisme sous toutes ses formes car aucun développement n’est envisageable dans un environnement d’instabilité et de violence », a-t-il poursuivi.
A son tour, le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon COULIBALY, a rappelé les liens séculaires et fraternels qui unissent les deux peuples et les deux Etats.

A son avis, c’est dans la commune ambition des deux pays de poursuivre conjointement leur idéal de développement que le TAC a été signé le 28 juillet 2008 et constitue aujourd’hui « un cadre de concertation permanente qui permet de donner des orientations sur les priorités que les deux Gouvernement identifient dans leur marche commune de développement ».
Il a soutenu que 15 accords d’intérêt communs ont été signés lors du dernier TAC qui a permis également d’examiner et d’apprécier les progrès réalisés dans la mise en œuvre d’importants projets prioritaires.

Même s’il a reconnu qu’il y a de réels motifs de satisfaction au regard des avancées notables enregistrées, de nombreux défis restent à relevés.
« Le temps est donc venu d’engager résolument nos deux Etats sur la voie d’une coopération suivie soutenue et pour le bénéfice de nos deux peuples mais aussi pour le progrès au sein de notre espace sous-régional », a-t-il martelé.

DCI/PM

Version imprimable