Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Commande publique : Dorénavant, la #Banque_mondiale va utiliser les (...)

Commande publique : Dorénavant, la #Banque_mondiale va utiliser les procédures nationales

jeudi 15 juin 2017

Le Premier ministre, Paul Kaba THIEBA - PKT, entouré de tous les ministres sectoriels, a fait le point avec la Banque mondiale des projets et programmes que celle-ci finance, le vendredi 9 juin 2017. Lors de cette revue, il est ressorti que des avancées notables ont été enregistrées au niveau de la coopération entre le gouvernement et l’institution de Bretton Woods. La bonne nouvelle de cette rencontre est que la Banque mondiale va dorénavant utiliser les procédures nationales au niveau de la commande publique, en lieu et place de ces propres procédures.

L’un des aspects très important que l’on peut retenir de la revue entre la Banque mondiale et le gouvernement burkinabè, de l’avis de la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID), Hadizatou Rosine COULIBALY, est le fait que dorénavant, l’institution de Bretton Woods va utiliser les procédures nationales en lieu et place de ces propres procédures en ce qui concerne la commande publique.
« La Banque mondiale considère que le dispositif réglementaire en place à l’heure actuelle au Burkina Faso est de très bonne qualité », a-t-elle justifié.

Selon elle, la Banque mondiale est un partenaire stratégique du Burkina Faso en ce sens qu’elle est le portefeuille le plus important au niveau de l’accompagnement dans la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES).
A cette revue, Mme COULIBALY a fait savoir que la Banque mondiale et le gouvernement sont arrivés à la même conclusion à savoir que des avancées notables ont été enregistrées au niveau de leur coopération, en dépit du fait qu’il y a des défis importants à relever.
« La Banque mondiale a pris de grands engagements et pour que ces engagements se réalisent il faudrait que le Burkina Faso puisse jouer sa partition. Il y a un certain nombre de problèmes que nous sommes en train de surmonter ensemble. Nous avons pris des directives pour pourvoir avancées dans la bonne direction », a-t-elle expliqué.
Quant au Représentant-résident de la Banque mondiale au Burkina Faso, Check KANTE, il a soutenu que la commande publique, donc la passation des marchés, est l’un des éléments les plus importants dans la mise en œuvre des projets et programmes.

« Le Burkina Faso s’est doté d’une loi assez innovante qui vise à accélérer la procédure de la commande publique tout en garantissant la transparence. Nous avons discuté des voies et moyens pour capitaliser cette loi en vue d’accélérer la mise en œuvre des projets et programmes notamment les décaissements pour que les populations puissent commencer à voir les résultats de tous les engagements qui ont été pris à Paris en décembre », a-t-il déclaré.
En ce qui concerne l’aéroport de Donsin, il a reconnu que ce projet connait des difficultés mais que celles-ci ne sont pas insurmontables.

« Nous avons passé en revue les solutions proposées par l’équipe de gestion. Nous les avons acceptées et nous espérons que dans les deux à trois prochains mois on va commencer à voir un renversement de la tendance sur le terrain notamment au niveau des routes d’accès et des pistes rurales que finance la Banque mondiale. Pour ce qui nous concerne, nous pensons que ce qui a été présenté aujourd’hui rassure quant à la capacité du gouvernement à gérer ce projet pour que rapidement les résultats puissent être palpables sur le terrain », a mentionné M. KANTE.
A l’entendre, les options discutées au niveau de ce projet prennent en compte l’ensemble des solutions à apporter aux contraintes à savoir l’aide à l’entreprise en difficulté et celle en faveur des populations qui sont concernées et qui ont été déplacées.

DCI/PM

Version imprimable