Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Le Premier ministre préside une rencontre d’échanges avec les 3000 (...)

Le Premier ministre préside une rencontre d’échanges avec les 3000 instituteurs adjoints certifiés nouvellement recrutés

vendredi 11 septembre 2009

Le ministère de l’Enseignement de base et de l’alphabétisation a organisé le jeudi 10 septembre 2009 à Ouagadougou une rencontre d’échanges avec les 3000 instituteurs adjoints certifiés nouvellement recrutés au titre de l’année 2009. Présidée par le Premier ministre Tertius Zongo, cette rencontre qui se tient pour la quatrième année consécutive, vise le renforcement du dialogue et l’institutionnalisation de mesures incitatives à l’excellence et au travail bien fait.

Chaque année, le ministère de l’Enseignement de base et de l’alphabétisation procède au recrutement par région de 3000 Instituteurs Adjoints Certifiés (IAC) en vue de pourvoir les classes des écoles publiques. Ces nouveaux enseignants qui font leur entrée dans la fonction publique et dans leur métier d’éducateur, ont besoin d’accompagnement. C’est ce qui justifie l’organisation par le MEBA de cette cérémonie d’échanges qui permet d’encourager les nouveaux IAC, leur rappeler la déontologie et l’éthique professionnelle des enseignants, mettre à leur disposition le paquet minimum enseignant et une avance sur salaire et donner des primes d’excellence aux meilleurs issus de chaque région.

En s’adressant aux nouveaux IAC, le ministre en charge de l’Enseignement de base madame Odile Bonkoungou leur a demandé de se considérer comme des ambassadeurs de la réforme du système éducatif actuellement en vigueur. Selon elle, la réforme a connu des avancées significatives avec l’institution du principe de gratuité de l’enseignement de base, la prise en compte de thèmes émergents dans les programmes d’enseignement (éducation environnementale, prévention et lutte contre le sida, civisme, culture et art, droit de l’enfant, hygiène et assainissement, TIC…) et la distribution gratuite de manuels scolaires.

Odile Bonkoungou a par ailleurs expliqué aux instituteurs leurs droits et devoirs en tant que fonctionnaires soumis au régime juridique applicable aux agents et aux emplois de l’administration publique. En attendant que leur dossier d’engagement aboutisse, le ministre leur a annoncé une série de mesures prises pour leur permettre de rejoindre leur poste d’affectation dans des conditions acceptables et d’effectuer effectivement leur rentrée administrative le 15 septembre et la rentrée pédagogique le 1er octobre.

Le Premier ministre Tertius Zongo a justifié sa présence à la cérémonie en rappelant l’accent mis sur la valorisation du capital humain ainsi que l’ambition affichée par le gouvernement d’inscrire le Burkina dans de très bonnes perspectives de réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement, dans le volet de la scolarisation universelle en termes quantitatif et qualitatif.

Interpellant les nouveaux éducateurs sur leur contribution dans la transmission des valeurs, des normes et des savoirs, Tertius Zongo leur a donné des assurances que le gouvernement ne ménagera aucun effort dans l’amélioration de leurs conditions de travail. Ainsi a-t-il précisé, « des dispositions seront prises pour mettre définitivement fin au retard de payement des premiers salaires, mettre fin aux lenteurs dans le traitement des dossiers de carrière, améliorer le circuit de l’information, poursuivre et améliorer le recrutement annuel des enseignants ».

Un kit pédagogique, un kit d’instruction civique et des documents administratifs ainsi qu’une avance sur salaire ont été remis à chaque IAC. Quant aux meilleurs de chaque région, ils ont été gratifiés de prix d’excellence et de prix spéciaux.
Propos du Premier ministre recueillis à la fin de la cérémonie par la presse :

« Aujourd’hui, l’éducation constitue un investissement important car le monde de demain est un monde de savoir. Nous sommes donc venus réaffirmer l’option du gouvernement d’investir dans les ressources humaines, ce qui est prioritaire et mérite qu’on y accorde notre temps. Nous sommes également venus féliciter ces acteurs et leur dire que leur métier semble ingrat mais qu’ils peuvent compter sur le soutien du gouvernement.
S’agissant de la date effective de la rentrée, je puis affirmer qu’elle s’effectuera à la date prévue à Ouagadougou comme sur tout le territoire national. Des mesures seront prises pour que les classes qui sont actuellement occupées soient libérées ».

Version imprimable