Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Opérationnalisation du PNDES : Les maires du Mouhoun savent désormais ce qui (...)

Opérationnalisation du PNDES : Les maires du Mouhoun savent désormais ce qui est attendu d’eux

mardi 31 janvier 2017

La mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) entre dans sa phase décisive, celle de la mobilisation des ressources promises par la communauté des amis et partenaires techniques et financiers du Burkina Faso. Une autre étape tout aussi importante est la contribution de l’élu local dans l’opérationnalisation du nouveau référentiel de développement burkinabè. C’est ce qui a motivé la rencontre entre le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA, et les 44 maires de la Région de la Boucle du Mouhoun sur le thème : « Place et rôle de l’élu local pour le succès du PNDES », le samedi 28 janvier 2017 à Dédougou. Au sortir de cette enrichissante rencontre et désormais imprégnés de leurs responsabilités, les bourgmestres du Mouhoun ont réitéré leur engagement à soutenir la mise en œuvre du PNDES.

Dire que le succès du Plan national de développement économique et social (PNDES) est le cheval de bataille du Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA est une lapalissade. En effet, après, entre autres, ses tournées explicatives sur le nouveau référentiel de développement dans les 13 régions et le franc succès de la Conférence des partenaires pour le financement du PNDES, le Chef du Gouvernement a repris son bâton de pèlerin. Cette fois-ci, il s’est rendu dans la ville de Dédougou, où il a animé une conférence sur le thème : « Place et rôle de l’élu local pour le succès du PNDES », à l’intention des 44 maires de la Région de la Boucle du Mouhoun, le samedi 28 janvier 2017.

Selon Paul Kaba THIEBA, le PNDES est la transposition du programme du Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, à savoir « Bâtir avec le peuple, un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de justice et de liberté » qui est son idée centrale, en un mot son fil conducteur.
A son avis, le nouveau référentiel de développement a été conçu pour planifier durant le quinquennat toutes les actions et mettre fin à la pauvreté et aux inégalités au Burkina Faso, à créer des conditions pour que le pays connaisse une période de croissance forte et inclusive, créatrice d’emplois décents pour tous.

« Ce nouveau référentiel de développement a été le fruit d‘un consensus puisque le processus de son élaboration a vu la participation de tout le monde, notamment les partenaires techniques et financiers, les collectivités territoriales, la société civile, les ministères sectoriels, etc. L’élaboration du PNDES a pris en compte les préoccupations et les contributions de tous. Son ambition est de transformer de manière structurelle notre économie pour générer une croissance qui ne devrait pas être inférieure à 8% en moyenne au cours des cinq prochaines années », a-t-il expliqué.

De même, a-t-il poursuivi, le PNDES se propose d’apporter des réponses aux défis majeurs qui se résument en trois points à savoir le défi de l’amélioration de la gouvernance et de la qualité des institutions, celui de la disponibilité et de l’employabilité des ressources humaines adaptées aux besoins de la transformation structurelle de l’économie nationale, sans oublier le défi du développement des bases productives, de la compétitivité des secteurs de production et de transformation des produits nationaux pour un développement industriels durable, générateur d’emplois.

Promouvoir la bonne gouvernance

Puis M. THIEBA de souligner que : « l’action du Gouvernement à travers le PNDES est axée sur principaux points que sont la réforme des institutions et la modernisation de l’administration à travers la promotion de la bonne gouvernance dont vous les maires sont interpellés au premier chef. Compte tenu de la politique de décentralisation, les enjeux en termes de gouvernance vous interpellent au premier chef. Dans la mise en œuvre des actions prévues dans cet axe numéro un, le renforcement de la politique de décentralisation et également un appui au développement local et régional à travers l’aménagement urbain et celui du territoire. Enfin de permettre aux collectivités territoriales de mieux prendre en charge les compétences transférées durant la période 2016-2020, la part du budget de l’Etat transférée aux collectivités territoriales passera de 4,65% pour atteindre 15% ».

Sur la même lancée, il a relevé qu’à travers l’axe numéro deux du nouveau référentiel de développement à savoir le développement du capital humain, le Gouvernement entend réaliser les résultats suivants dont principalement l’accès de tous à une éducation et aux services de santé de qualité et surtout mettre fin aux inégalités en matière de santé.

« La question de l’égalité en matière de santé concerne également la distance qu’un Burkinabè doit parcourir pour atteindre un centre de santé. L’engagement du Gouvernement est de faire en sorte que cette distance maximale n’excède pas 5 kilomètres », a-t-il ajouté.

En ce qui concerne l’axe numéro trois, le Chef du Gouvernement a déclaré qu’il s’agit de dynamiser les secteurs porteurs de l’économie et d‘emploi en soutenant les collectivités territoriales pour impulser la concrétisation de étapes développement suivants : d’abord renforcer la mise sur le marché des produits nationaux, la qualité, la fiabilité et l’accessibilité des infrastructures.

Aussi, avant la Conférence des partenaires du Burkina Faso pour le financement du PNDES, a-t-il soutenu, beaucoup de personnes étaient sceptiques.
Néanmoins, parti avec l’ambition de rechercher 5 400 milliards de F CFA, le Gouvernement a recueilli des intentions de financement à hauteur de 18 000 milliards de F CFA, soit 330% du budget de financement recherché.

« Cela signifie que le Burkina Faso jouit d’une crédibilité sur le marché et cette crédibilité est à mettre à l’actif de tous car les partenaires techniques et financiers ont confiance aux Burkinabè. Ils se disent que ce peuple peut prendre son destin en main quand il le faut et c’est ce que nous avons démontré tout au long de notre histoire. Ils ont vu le sérieux avec lequel nous avons élaboré le PNDES », a exprimé le Premier Ministre.

Du rôle du maire

Que peut faire l’élu local en occurrence le maire de manière spécifique pour opérationnaliser le PNDES ? A cette question le Chef du Gouvernement a été on ne peut plus clair : « Il faut absolument que vous les élus locaux vous participiez à l’animation des cadres régionaux de dialogue et à évaluer le suivi de la mise en œuvre du PNDES, sur l’atteinte ou non des objectifs. Il faut absolument que les élus locaux dans le cadre de l’élaboration des plans régionaux et communaux de développement prennent en compte la vision, les priorités, les projets structurants qui sont élaborés dans le cadre du PNDES », a-t-il conseillé.

Puis le Chef de Gouvernement de signaler : « Il est important que les plans régionaux et communaux de développement soient élaborés sur la base de la vision, des objectifs arrêtés par le PNDES. Si on ne procède pas de cette façon, le risque est qu’il y ait des objectifs contradictoires, des contradictions entre les plans régionaux de développement, entre les plans locaux de développement et le PNDES. Les uns vont aller dans un sens et les autres dans un autre sens opposés. On court le risque d’une neutralisation entre les plans régionaux et communaux de développement et le PNDES. Cela n’est pas souhaitable. C’est pourquoi, il est bon qu’il y ait une cohérence entre les plans régionaux et communaux de développement et le PNDES. Cela est important que tout le monde partage cette vision pour que la mise en œuvre du PNDES soit un succès ».

A la rencontre, les maires de la Région de la Boucle du Mouhoun ont soulevé des préoccupations de plusieurs ordres, notamment la réalisation d’infrastructures routières, sanitaires, scolaires et de leur équipement, la formation et l’employabilité des jeunes, les logements sociaux, les lotissements des communes, la construction des maisons de la femme, le soutien financier aux activités génératrices de revenus au profit des femmes, la question sécuritaire par l’ouverture de commissariats et de brigade de gendarmerie dans certaines localités, les lourdeurs dans les procédures de passation des marchés publics, etc.

A ces préoccupations soulevées par le maire, le Premier Ministre a indiqué qu’il y a des questions transversales (besoins en infrastructures routières, scolaires, sanitaires, etc.) qui vont être prises en charge soit par les régions soit par l’Etat à travers les ministères concernés, dans la mesure du possible.

A la fin de la rencontre, Paul Kaba THIEBA a mentionné que le dialogue a été très franc et fructueux et qu’il lui a permis de prendre connaissance des préoccupations profondes des populations à travers leurs élus locaux. 

« Il revient également aux élus locaux de prendre en charge certaines de leurs préoccupations dans le cadre de leurs plans régionaux et communaux pour que nous puissions développer nos régions et partant le Burkina Faso », a-t-il relevé.
Avant cette rencontre avec les édiles, le Premier Ministre a rendu une visite aux autorités coutumières et religieuses de la Région de la Bouche du Mouhoun. Tour à tour, il s’est rendu aux domiciles du chef de canton, du grand imam, chez les protestants et chez les catholiques. Ceux-ci ont prié pour la conduite à bon port de la mission du Premier Ministre THIEBA, plus particulièrement le succès du PNDES.

DCI/PM

Version imprimable