Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent : Le G5 Sahel et l’ONU (...)

Lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent : Le G5 Sahel et l’ONU Femme expliquent les enjeux d’un dialogue de haut niveau au Premier ministre

mercredi 25 janvier 2017

Le Premier Ministre, Paul Kaba THIEBA, a reçu le lundi 23 janvier 2017, des représentants du G5 Sahel et de l’ONU Femme. La délégation conduite par Monsieur Mahamadou SAMAKE, Expert Gouvernance du G5 Sahel pour le compte du Mali, est venue lui rendre compte des enjeux du dialogue de haut niveau sur la politique genre, radicalisation et extrémisme violent, qui se tiendra les 21 et 22 février prochains à Bamako (Mali).

Un dialogue de haut niveau sur la politique genre, radicalisation et extrémisme violent, se déroulera à Bamako (Mali) les 21 et 22 février 2017. C’est du moins le message porté au Chef du Gouvernement, Paul Kaba THIEBA, par des représentants du G5 Sahel et de l’ONU Femmes. Au terme de l’audience, la délégation conduite par Monsieur Mahamadou SAMAKE, Expert Gouvernance du G5 Sahel pour le compte du Mali, dit avoir échangé avec le Chef du gouvernement sur les enjeux de cet important évènement afin d’obtenir l’adhésion et l’accompagnement de l’ensemble du Gouvernement et une participation du pays au niveau le plus élevé.

Monsieur SAMAKE a expliqué que cette rencontre de haut niveau se justifie par le phénomène global du terrorisme auquel sont confrontés les pays du G5 Sahel à l’image du monde entier. Pour lui, la radicalisation et l’extrémisme violent apparaissent comme un sous-ensemble de ce fléau et les couches les plus vulnérables sont les jeunes et les femmes. « C’est pourquoi, dans la même mouvance que les Nations unies, le G5 Sahel est en voie d’élaborer une stratégie régionale de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent et entend associer aussi bien à la conception qu’à la mise en œuvre, les couches les plus vulnérables dont les femmes » a-t-il laissé entendre. Puis, de préciser que le dialogue de haut niveau sera précédé du forum de la plate-forme des femmes, qui va discuter de manière spécifique du rôle des femmes dans la lutte et la prévention de l’extrémisme violent.

A en croire Madame Micheline RAVOLOLONARISOA, Consultante recrutée par ONU Femmes pour préparer cet évènement, les femmes deviennent de plus en plus aussi bien des actrices de l’extrémisme violent que des actrices de lutte contre ce phénomène. Pour ce faire, l’Expert Gouvernance du G5 Sahel a assuré que ledit forum devra aboutir à une déclaration importante lors du dialogue de haut niveau pour probablement déboucher sur des stratégies de politiques publiques avec un calendrier de mise en œuvre et un dispositif de suivi-évaluation.

Le G5 Sahel crée par cinq Etats dont le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité. Il comporte quatre axes d’intervention que sont la Résilience, les Infrastructures, le Sécurité et la Gouvernance.

DCI/PM

Version imprimable