Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Suivi de la campagne agricole 2009-2010 : Le Premier Ministre en tournée (...)

Suivi de la campagne agricole 2009-2010 : Le Premier Ministre en tournée dans la région du Centre Sud

jeudi 20 août 2009

Le premier Ministre Tertius Zongo a entrepris le 18 Août 2009 une tournée dans la région du Centre sud dans le cadre du suivi de la campagne agricole 2009-2010. A l’instar de la campagne écoulée où il avait sillonné les régions des Cascades, des Hauts Bassins, de la Boucle du Mouhoun, du Centre Nord et du Centre Est, la présente tournée du Premier Ministre vise à suivre et à évaluer l’évolution de la campagne en cours. Elle devra le conduire la semaine prochaine dans les régions du Plateau Central, de l’Est et du Sahel. Dans les zones visitées du Centre Sud, le Chef du gouvernement a pu mesurer une bonne physionomie de la campagne, toucher du doigt les réalités et difficultés auxquelles sont confrontés les producteurs avant de leur prodiguer ses encouragements.

C’est par un temps pluvieux que le Premier Ministre et la délégation qui l’accompagnait ont quitté Ouagadougou pour la région du Centre sud où son programme de visite a commencé par le village de Kagamzincé situé à 5 kilomètres de Kombissiri dans la province du Bazèga sous une pluie battante. Le Chef du gouvernement était accompagné dans son déplacement par le ministre de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques, Laurent Sedego, du Gouverneur de la Région du Centre sud, Raymond Edouard Ouédraogo, des députés de la région, ainsi que de techniciens et encadreurs dudit ministère.
Le premier site visité par le Chef du Gouvernement a été une ferme d’élevage de volaille traditionnelle dont le promoteur est Monsieur Joseph Segda. Tertius Zongo est allé apporter ses encouragements à ce producteur.

Toujours à Kagamzincé, le Premier Ministre et sa délégation ont visité les réalisations de deux exploitants agricoles qui ont su tirer avantage des différents appuis que leur ont apportés les techniciens du Ministère de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques. Tous deux ont en effet bénéficié de fourniture d’intrants, notamment de semences améliorées et d’engrais minéraux, d’encadrement, de stabilisation de leurs fosses fumières et d’aménagement de sites anti-érosifs.

Salfo Ilboudo, le premier des deux à recevoir la visite de Tertius Zongo, exploite sur 6,45 hectares différentes spéculations au nombre desquelles le maïs (1ha), le mil (1,5ha), le sorgho (1,5ha), l’arachide (2ha), le niébé (0,15ha), etc. Pour lui, si la pluviométrie se poursuit jusqu’à son terme, il espère récolter au moins 3 tonnes pour le maïs ; 1,8tonne pour l’arachide ; 1,35 tonne pour le sorgho et 1,275 tonne pour mil. Il compte dégager à la fin de la campagne un bénéfice net de 1 109 400 FCFA pour les 4 spéculations que sont : le maïs, le mil, le sorgho, l’arachide.

Saïdou Ilboudo, le second exploitant agricole à recevoir la visite de la délégation, exploite sur 10,65 hectares entre autres spéculations : 1,5 ha de maïs, 1 ha de mil, 2 ha de sorgho, 0,25 ha de niébé, 5 ha d’arachide, etc. Ses prévisions de récoltes en cas d’une pluviométrie régulière jusqu’à son terme sont les suivantes : 4,5 tonnes pour le maïs ; 4,5 tonnes pour l’arachide ; 1,8 tonne pour le sorgho ; à 0,85 tonne pour le mil. Il compte dégager un bénéfice net de 1 899 650 FCFA à la fin de la campagne pour ces quatre spéculations.

Après cette étape de Kagamzinsé, le Premier Ministre a poursuivi sa visite dans la province du Bazèga en se rendant dans le village de Koulpélé, situé à 18 kilomètres de Kombissiri. Dans cette localité, il a visité les bas fonds rizicoles, le champ de coton Bt ainsi que les fosses fumières de El Hadj Issouf Kiendrébéogo. Sur une superficie totale de 9,8 hectares, il exploite les spéculations suivantes : 4ha de coton Bt ; 2,5ha de maïs ; 2,3ha de riz. L’autre hectare est consacré à l’exploitation de l’arachide, du niébé, du mil et du sésame, à raison de 0,25 ha par spéculation. El Hadj Issouf a également bénéficié d’appuis en intrants, d’encadrement, de stabilisation de ses fosses fumières, d’aménagement de sites anti-érosifs.

Il a en outre bénéficié de l’appui technique du programme d’appui aux filières agro-sylvo pastorales (PAFASP) pour la production de volaille.
Malgré un certain nombre de difficultés auxquelles il reste confronté, notamment la non disponibilité des intrants agricoles à temps opportun, l’insuffisance des moyens matériels et d’équipements ainsi que l’insuffisance de semences améliorés, il espère faire de bonnes récoltes si la fréquence des pluies se poursuit normalement au rythme actuel et si elles arrivent à leur terme. Selon ses prévisions, il attend en fin de campagne des productions de : 10 tonnes pour le maïs ; 5,7 tonnes pour le riz ; 5,2 tonnes pour le coton ; etc. Dans le cadre de la rentabilisation de ses exploitations, son compte d’exploitation prévisionnel fait ressortir un résultat net bénéficiaire de 3 992 600 FCFA.

Le Premier Ministre a salué les efforts de ces deux exploitants qui assurent une autosuffisance alimentaire de leur famille et qui arrivent à dégager des surplus importants pour la commercialisation. Il a apprécié leurs réalisations comme des exemples à suivre par d’autres producteurs de la région et les a encouragés à renforcer et à améliorer leurs productions en suivant rigoureusement les conseils des techniciens tout en respectant et en mettant en œuvre les paquets technologiques mis à leur disposition.

Ces producteurs modèles, reconnaissent toutefois la nécessité pour eux d’approfondir la maîtrise des méthodes culturales, de renforcer leurs capacités par une formation assez soutenue et rapprochée et de bénéficier du soutien plus accru du gouvernement en matière d’intrants. Au-delà, les producteurs du village par la voix de leur chef, ont traduit leur volonté de produire plus, en demandant au gouvernement de les aider à disposer d’un barrage en vue de favoriser les cultures de contre saison, d’occuper la population jeune et de procurer aux populations des revenus.
Au-delà de la situation agricole, un examen de doléances
C’est à Zamsé, village de la commune urbaine de Manga dans la province du Zoundwéogo que la tournée du Premier ministre s’est poursuivie par la visite de l’exploitation de Zoudou Albert Tiendrébéogo, producteur semencier. Cet exploitant produit sur une superficie de 0,75 ha des semences de maïs de variété « massongo » dont le rendement à l’hectare peut atteindre 4 tonnes. Il exploite en outre d’autres cultures sur une superficie de près de 10 hectares. Il s’agit entre autres notamment : du sorgho (4ha) ; mil (2ha) ; arachide (1ha) ; coton conventionnel (1ha), etc.

A l’issue de cette étape de Zamsé, Tertius Zongo s’est entretenu avec les producteurs, leurs encadreurs ainsi que les autorités de la province. Au cours des échanges et des commentaires des techniciens du Ministère de l’Agriculture, de l’hydraulique et des Ressources halieutiques sur l’état de la campagne, il a été noté une nette amélioration de la situation pluviométrique dans le centre sud, notamment dans le Zoundwéogo, comparativement à l’année dernière à la même période. L’assurance a été donnée que si la situation pluviométrique actuelle, caractérisée par des pluies régulières plus favorables à l’infiltration qu’à l’écoulement, se poursuivait, les prévisions de la campagne agricole dans la province seront dépassées.

Le Maire de la commune de Manga, Jean Claude Bouda a saisi l’opportunité de cette tournée pour saluer les efforts du gouvernement en faveur des populations et du développement du Zoundwéogo. Il n’a pas manqué de souligner cependant les préoccupations de sa commune, au nombre desquelles le désenclavement de certaines localités par l’ouverture de voies, la construction d’ouvrages de franchissement, l’extension du réseau d’approvisionnement en eau potable de l’ONEA, la réalisation d’ouvrages pour l’assainissement, la construction du Centre hospitalier régional (CHR), la réalisation définitive du stade régional. Jean Claude Bouda a en outre souligné la nécessité pour le gouvernement d’aider à la création de conditions favorables à l’émergence d’une économie compétitive dans la région.
Le premier Ministre a donné l’assurance que ces préoccupations feront l’objet d’attention de la part des départements techniques concernés.

Il a souligné que le retard accusé dans la construction du stade régional s’explique par un souci de recadrer la conception des ouvrages sportifs au niveau des régions afin qu’ils répondent réellement aux normes de fonctionnalité souhaitée. Il a donné l’assurance que les travaux de construction du stade commenceront bientôt. Il a en outre affirmé que la construction du CHR de Manga qui compte parmi les deux derniers des 13 régions, est prévu pour démarrer en 2010.
S’agissant de l’ouverture de voies et du désenclavement, Tertius Zongo a expliqué qu’une nouvelle démarche a été décidée par le gouvernement qui vise à associer dorénavant les régions et leurs populations au choix des voies à bitumer. Aussi, a-t-il invité les autorités de la région à se concerter dans ce cadre afin de soumettre au gouvernement des projets.

La première journée de tournée du Premier Ministre dans la région du Centre sud s’est terminée dans la commune de Gogo, toujours dans le Zoundwéogo à 20 kilomètres de Manga où il est allé rendre visite à des producteurs dans le bas fond rizicole de Gogo 1. Ce bas fond, d’une superficie de 22 hectares, exploité par le groupement « Laafi la Boumbou » a été aménagé en 2003. Sa particularité est que ses exploitants sont en majorité des femmes. Sur 155 exploitants que compte ce groupement, 145 sont des femmes. Selon les prévisions de production, le groupement espère 132 tonnes à la fin de la campagne, avec un résultat net bénéficiaire de 9 695 000 FCFA.

Le groupement qui a fait forte impression pour son bon niveau d’organisation, son engagement, sa maîtrise de la technique de production du riz pluvial, mène d’autres activités génératrices de revenus, pratique l’étuvage et le décorticage traditionnel du riz paddy. Il reste cependant confronté à des difficultés dont entre autres, l’insuffisance d’outils aratoires performants, l’insuffisance de crédits et de formation pour l’étuvage du riz, le tarissement des puits maraîchers.
A Gogo, le Premier Ministre s’est également entretenu avec les producteurs, les responsables de la région qui ont exprimé des doléances au nombre desquelles, la réfection de la digue du barrage de Gogo, la construction et la réhabilitation de voies, etc.

Tertius Zongo à l’issue de la tournée : « Il faut faire en sorte que de plus en plus, les paysans aient confiance en eux-mêmes. »
A l’issue de la tournée, le premier Ministre Tertius Zongo a livré ses impressions à la presse qui l’accompagnait dans cette tournée. Il s’est dit satisfait de la physionomie de la campagne dans la région du Centre Sud.
« Je suis agréablement surpris. Avec la physionomie de la campagne, vue de Ouagadougou et les bulletins météorologiques qui nous sont servis, je m’attendais à voir une situation un peu plus compliquée sur le terrain. Vous avez suivi le compte rendu du directeur régional de l’Agriculture qui a situé la campagne dans un contexte de déroulement normal. Même par rapport à l’année dernière, il estime qu’elle est un peu au dessus. Nous avons certes encore un parcours à faire. Le plus important, c’est de savoir jusqu’à quel point les paysans eux-mêmes s’approprient les techniques culturales.

Lorsque l’on regarde les paysans que nous avons visités, On s’aperçoit qu’il y a vraiment un changement de mentalité. Les paysans comprennent désormais que cultiver, c’est faire des affaires, c’est gagner plus. Aujourd’hui, ils cherchent à gagner le plus possible. Il nous faut à partir de là anticiper et voir en terme de formation qu’est ce qu’il faut faire, qu’est ce qu’il faut leur apporter en terme d’encadrement plus rapproché, de soutien en intrants, en engrais. Mais il nous faut aller au-delà de ces soutiens et faire en sorte que de plus en plus les paysans aient confiance en eux-mêmes. Il faut apporter un certain nombre d’innovations, les amener à dépasser leurs propres limites. Après cette visite nous allons faire le point de ce que nous vu.

Cette tournée visait également à voir la physionomie de la campagne en vue d’anticiper sur le futur parce qu’il ne faut pas s’asseoir à Ouagadougou pour être surpris après. Nous avons vu qu’il existe des possibilités de culture de contre saison. Par conséquent, il faut qu’on s’organise pour que dès la fin de cette saison, on puisse engager les paysans dans ces cultures. Cela va apporter une offre additionnelle. Il nous faut aussi évaluer ce qu’il faut comme moyens pour pouvoir les accompagner.
Je ne peux qu’être satisfait et je voudrais féliciter les agents d’encadrement de cette région qui nous ont permis de voir qu’ils sont très proches des populations. J’ai vu l’implication au niveau du monde rural, des maires des différentes communes que nous avons traversées. Je pense qu’ils ont compris leur rôle ».

Version imprimable