Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > Discours de clôture de la Xe l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat consacrée (...)

Discours de clôture de la Xe l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat consacrée aux Etablissements publics de l’Etat

vendredi 31 juillet 2009

10ème ASSEMBLEE GENERALE
DES SOCIETES D’ETAT CONSACREE AUX E.P.E.

DISCOURS DE CLOTURE DE SON EXCELLENCE
MONSIEUR TERTIUS ZONGO,
PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT

Ouagadougou, le 31 juillet 2009

Mesdames et Messieurs les membres de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat consacrée aux Etablissements publics de l’Etat ;

Mesdames et Messieurs ;

Durant deux jours, vous avez examiné avec grande attention l’état de mise en œuvre des recommandations et résolutions de la neuvième session de l’Assemblée Générale mais aussi les états financiers des établissements publics d’Etat pour l’exercice budgétaire 2008. A la lumière de cet examen, vous avez suggéré comme à l’accoutumée des mesures d’amélioration des pratiques de gestion de ces établissements. Les travaux de la présente session vont bientôt s’achever et s’il y a bien un sentiment unanime qui devrait nous animer tous, c’est bien celui du travail bien accompli.
En effet, la qualité du rapport de synthèse et la pertinence des résolutions et recommandations qui viennent de nous être présentées, traduisent l’esprit, la hauteur de vue et le professionnalisme qui ont une fois encore caractérisé nos travaux.

Je voudrais au moment où nous nous apprêtons à clôturer notre session, vous dire toute ma satisfaction et adresser au Secrétariat de l’Assemblée Générale, toutes mes félicitations pour sa perspicacité.

Mesdames et Messieurs les membres de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat consacrée aux Etablissements publics de l’Etat ;

Après l’examen des états financiers des soixante deux (62) établissements publics d’Etat, le constat me semble sans équivoque, nos établissements se portent bien. Mais cette relative embellie ne nous autorise aucunement à baisser de vigilance. Le cap doit être maintenu, les récentes turbulences de l’environnement économique international nous le recommandent du reste.

Dans cette perspective, le rapport de synthèse de nos travaux, les résolutions et recommandations y attachées, doivent constituer pour nous un tableau de veille. Toutefois, je voudrais ici m’attarder avec insistance sur cinq éléments qui me paraissent primordiaux :

-  Premièrement, à l’ouverture de cette dixième session, j’appelais les instances dirigeantes des EPE à faire preuve d’esprit de suite dans l’exécution des dépenses et l’apurement des arriérés de paiement. Pour une entreprise bien gouvernée, l’excédent budgétaire trouve son plein sens avec la capacité de celle-ci à honorer efficacement ses engagements ;

-  Deuxièmement, les équipes de direction des EPE doivent faire preuve d’une plus large complémentarité. J’ai apprécié fortement la récente réunion d’échanges entre les présidents d’université et les cadres financiers sous l’égide des ministères chargés des finances, de la fonction publique et de l’enseignement supérieur. Une telle démarche participe à l’amélioration de la communication entre les acteurs impliqués dans la gestion des ressources publiques. Cette initiative doit être étendue à l’ensemble des EPE ;

-  Troisièmement, pour une bonne maîtrise de l’avenir, SENEQUE, ce philosophe grec, ne nous enseigne-t-il pas, je cite : "Le vent n’est favorable qu’à celui qui connaît la direction du port", fin de citation. C’est dire à mon sens que seuls les établissements publics d’Etat disposant d’une vision et d’un plan stratégique seront les plus à même à réaliser de manière heureuse et avec efficacité leurs perspectives de développement. A cet effet, je voudrais féliciter les EPE qui se sont déjà lancés dans cet exercice et j’encourage les autres à emboîter le pas. De toute manière, l’existence de tels instruments accroît la capacité de plaidoyer de l’établissement et rassure les éventuels partenaires ;

- quatrièmement, je n’aurai de cesse de rappeler le rôle crucial que jouent les universités publiques et le Centre National de Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) dans la mise en œuvre du programme politique du Président du Faso, Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, "le progrès continu pour une société d’espérance". Par ailleurs, le cap d’excellence atteint par ces établissements publics d’enseignement supérieur et cet institut de recherche, à travers leurs brillants résultats respectifs aux différents concours du CAMES et la place de choix qu’ils occupent dans l’espace francophone, sont bien des motifs de fierté qu’il me plaît de relever avec force.

Toutefois, les exigences d’adaptation aux besoins de l’économie nationale soumise de plus en plus à des normes de qualité, interpellent nos universités publiques à faire diligence dans la mise en œuvre du système LMD mais aussi à faire preuve d’imagination et à saisir toutes les nouvelles opportunités de financement, l’Etat ne pouvant plus faire face seul à leurs sollicitations financières et si l’on tient aussi compte la nécessité de déconcentrer de manière judicieuse ces unités d’enseignement.

L’organisation des assises nationales sur le financement des universités publiques préconisée par la présente session me semble bien à propos ainsi que l’appel lancé pour la détermination d’une stratégie durable de valorisation des résultats de la recherche ;

-  cinquièmement, le FESPACO a fêté cette année ses quarante (40) ans. Sa contribution au rayonnement du Burkina Faso est inestimable. Je suis bien sensible à l’idée de consacrer à cette manifestation un moment de bilan afin d’une part, de redéfinir ses ambitions pour tenir compte de la concurrence et d’autre part, de déterminer les modalités adéquates pour un encadrement plus professionnel des acteurs. Le cinéma africain pour être viable doit respecter les normes de qualité.

Il reste clair que je suivrai avec la plus grande attention les réflexions en cours dans les secteurs de la santé, du développement rural, du tourisme, de la culture et de la communication pour mieux accompagner le Burkina Faso dans ses ambitions de réaliser une croissance accélérée et de se positionner comme un pays de services.

Mesdames et Messieurs les membres de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat consacrée aux Etablissements publics de l’Etat ;

Mesdames et Messieurs ;

Terminant mon propos, je voudrais, au nom du Président du Faso, Président de l’Assemblée Générale des Société d’Etat, réitérer mes félicitations aux instances dirigeantes des Etablissements Publics d’Etat pour les résultats positifs atteints et pour leurs efforts constants d’innovation et d’amélioration des pratiques de gestion de ces établissements.

En tout état de cause, c’est un grand réconfort pour vous tous de savoir que par vos acquis respectifs, vous avez contribué à améliorer les conditions de vie des populations burkinabè.

Appartenir au Conseil d’Administration d’un établissement public et à plus forte raison en assurer la présidence, vous devez le percevoir dans sa juste dimension, comme une marque de considération dont les exigences sont : la participation régulière aux différentes sessions et le séjour du Président au sein de l’établissement comme le recommande la réglementation. Je vous appelle par conséquent à une observation constante de cette règle.

Je ne doute pas que vous mesurez toute l’importance que le Président du Faso accorde à l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat comme cadre d’amélioration de la gouvernance des entreprises publiques. C’est une instance qui fait école dans la sous-région et nous devons en être fiers. Par conséquent, je vous invite à un certain sursaut afin de raffermir votre propre crédibilité et partant, celle de notre cadre de dialogue et d’échanges.

Sur cet appel et au nom du Président du Faso, Président de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat, je vous souhaite bon retour dans vos foyers respectifs et déclare close la dixième session de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat consacrée aux Etablissements Publics d’Etat.

Je vous remercie.

Version imprimable