Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Premier Ministère > Le Comité national de pilotage du Plan décennal de développement de (...)

Le Comité national de pilotage du Plan décennal de développement de l’enseignement de base (PDDEB) a tenu sa deuxième session ordinaire

lundi 13 juillet 2009

Le Premier ministre Tertius Zongo a présidé le vendredi 10 juillet la deuxième session du comité national de pilotage du PDDEB. La rencontre a réuni les membres du comité, les partenaires techniques et financiers, les représentants des municipalités, des parents d’élèves, des syndicats, des promoteurs privés et des ONG intervenant dans le domaine de l’enseignement de base. Les participants se sont penchés sur l’état de mise en œuvre des recommandations issues de la première session et sur la mobilisation et l’utilisation des ressources en vue de prendre des résolutions pour une bonne exécution du PDDEB en 2009/2010.

Le Premier ministre, en ouvrant la session a tout d’abord salué l’intérêt et l’engagement des membres du comité de pilotage à assurer un développement accéléré et harmonieux de cette composante du système éducatif qu’est l’enseignement de base. Tertius Zongo a également traduit sa reconnaissance aux partenaires techniques et financiers pour leurs contributions multiformes qui ont permis au sous-secteur de l’éducation de base d’enregistrer des résultats globalement satisfaisants en 2008. Evoquant le contexte international actuellement difficile, le chef du gouvernement leur a lancé un appel à maintenir leur niveau d’engagement afin que le pari pris par le Burkina dans le cadre de la phase II du PDDEB ne soit pas compromis. Il a enfin souhaité une plus grande efficacité dans l’utilisation des ressources disponibles.

Les travaux proprement dits ont été marqués par une présentation faite par le ministre de l’Enseignement de base et de l’alphabétisation sur la mise en œuvre des recommandations de la première session tenue en juillet 2008. Cette session avait abouti à des suggestions tendant à favoriser le renforcement des capacités des entreprises, l’élargissement de la maîtrise d’ouvrage délégué aux communes pour la construction des infrastructures, l’amélioration et le renforcement du suivi du contrôle des constructions, la définition des modalités pratiques de mise en œuvre du volontariat dans l’enseignement et l’évaluation de la mesure relative au redoublement dans un même cycle.
Selon Odile Bonkoungou, toutes ces recommandations ont connu un taux d’exécution appréciable.

A l’issue de cette présentation, les débats ont permis aux participants de faire part de leurs préoccupations. Ils ont notamment déploré les retards observés dans le décaissement des fonds des partenaires techniques et financiers, ce qui occasionne des désagréments de paiement des entrepreneurs. Ils ont également regretté les longues procédures de réception des infrastructures et le changement récurrent de sites d’implantation des infrastructures. Les membres du comité ont par contre apprécié positivement l’initiative de mettre en place un dispositif de coordination du programme adapté au nouveau contexte. Toutes ces observations ont été prises en compte et ont fait l’objet de recommandations à la fin de la session.

Ainsi, en matière de gestion financière, les participants ont recommandé :
- que soit envisagée l’adoption d’une loi-programme qui permettra de sécuriser les ressources ;
- que soit envisagée pour l’année 2009 une dérogation dans le mode de paiement pour les marchés qui ne pourront pas respecter l’annualité budgétaire ;
- que soit envisagée en 2010 dans le cadre de l’élargissement de la maîtrise d’ouvrage déléguée, la signature de convention avec des entreprises de construction disposant de capacités techniques et financières probantes.
Au niveau de la coordination du secteur de l’éducation, ils ont recommandé :
- l’accélération de l’opérationnalisation du mécanisme de coordination du secteur ;
- l’élaboration d’une nomenclature budgétaire commune à l’ensemble du secteur de l’éducation de base (préscolaire, primaire, post-primaire) ;
- l’établissement d’un manuel de procédures du dispositif de coordination qui précise le rôle de chacun des acteurs.

Avant de clore les travaux de la session, le Premier ministre a insisté sur la nécessité d’une meilleure communication autour du système de volontariat dans l’enseignement de base qui est encore insuffisamment compris. Il a également mis l’accent sur le contrôle des constructions et invité les responsables des communes à se doter de moyens humains qualifiés pour le suivi des constructions.

Version imprimable