Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Ministères > Ministère de l’Economie et des Finances : Agenda de développement post (...)

Ministère de l’Economie et des Finances : Agenda de développement post 2015

vendredi 20 mars 2015

Le ministère de l’Economie et des Finances en partenariat avec le fonds des nations unies pour la population organise le forum national de partage et d’appropriation du programme d’actions de la conférence internationale sur la population et le développement au-delà de 2014, les 19 et 20 mars 2015 à Ouagadougou. Les participants auront à dégager les priorités nationales en matière de population et de développement en vue de leur prise en compte dans les négociations de l’agenda post 2015 pour le développement.

Après 20 ans de mise en œuvre du programme d’actions de la Conférence internationale de la population et le développement (CIPD), mettant l’être humain ainsi que ses droits au cœur du développement, l’Assemblée générale des Nations unies a décidé de proroger son action au-delà de 2014. Afin de faciliter l’appropriation des conclusions de ce programme, les acteurs de ces domaines au Burkina Faso sont réunis autour d’un forum national les 19 et 20 mars 2015. Les concertations vont également aboutir à un consensus sur la position du Burkina Faso dans les négociations sur l’agenda de développement post 2015 prévues en septembre prochain.

Selon la représentante résidente du fonds des nations unies pour la population (UNFPA), Edwige Adekambi Domingo, le bilan de la mise en œuvre de la CIPD fait état de progrès notoires, portant sur l’amélioration de la qualité de vie des populations dans de nombreux pays à travers le monde. Au plan national, la ministre déléguée chargée du Budget, Amina Billa/Bambara a relevé parmi les acquis, le taux de scolarisation au primaire qui est passé de 33,8% en 1994 à 81,3% en 2013 avec un indice de parité de fille/garçon passant de 0,67 à 0,99 en 2013. Elle a aussi souligné que le risque pour les enfants de mourir avant 5 ans est passé de 187 pour 1000 en 1993 à 129 pour 1000 en 2010. Au titre des acquis de la CIDP au Burkina Faso, on peut également signaler que le taux de prévalence contraceptive moderne chez les femmes en union est passé de 4% en 1993 à 15% en 2010.

Si les motifs de satisfaction sont légitimes au regard des résultats positifs, la ministre déléguée et la représentante résidente de l’UNFPA conviennent que de nombreux défis restent à relever. Il s’agit entre autres de la nécessité d’une croissance économique soutenue qui tient compte des pauvres, de la promotion des droits de l’Homme et la lutte contre les violences et la discrimination fondée sur le sexe dans un contexte marqué par un accroissement de la population notamment la frange des 15-35 ans.

C’est pourquoi, la communauté internationale a adopté un nouveau référentiel appelé « cadre d’actions pour la mise en œuvre du programme d’actions de la CIPD au-delà de 2014 » autour de 5 piliers interdépendants : la dignité et les droits de l’homme, la santé, la mobilité et le lieu de résidence, la gouvernance et la responsabilisation et enfin la durabilité. Les participants au forum ont, pour ce faire, été invités à faire l’inventaire des priorités qui seront défendues dans le cadre des négociations pour l’agenda post 2015 pour le développement.

Nadège YE

Version imprimable