Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Ministères > Michel Kafando à la rencontre des Burkinabè du Sénégal

Michel Kafando à la rencontre des Burkinabè du Sénégal

lundi 1er décembre 2014

Le président du Faso, Michel Kafando, a échangé avec les Burkinabè du Sénégal, le vendredi 28 novembre 2014, à Dakar.

A peine les valises déposées à Dakar où il a séjourné du 28 au 30 novembre 2014, dans le cadre du XVe Sommet de la Francophonie, le président du Faso, Michel Kafando, est allé à la rencontre de ses compatriotes vivant au Sénégal. La première communauté des Burkinabè de l’extérieur à accueillir le président Kafando s’est réjouie du dénouement pacifique de la crise qu’a connue leur pays natal.

Le président du Faso, Michel Kafando, a échangé avec les Burkinabè du Sénégal, le vendredi 28 novembre 2014, à Dakar.

A peine les valises déposées à Dakar où il a séjourné du 28 au 30 novembre 2014, dans le cadre du XVe Sommet de la Francophonie, le président du Faso, Michel Kafando, est allé à la rencontre de ses compatriotes vivant au Sénégal. La première communauté des Burkinabè de l’extérieur à accueillir le président Kafando s’est réjouie du dénouement pacifique de la crise qu’a connue leur pays natal. Selon l’ambassadeur du Burkina Faso auprès de la République du Sénégal, Aline Koala, les Burkinabè du Sénégal ont vécu l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 avec beaucoup d’émotions. Elle a souhaité que le président puisse mener à bien « le gué », en vue d’aboutir à des élections libres et transparentes en 2015. Pour le représentant de l’Union fraternelle des ressortissants burkinabè du Sénégal, Der Rogatien Poda, l’heure n’est pas aux doléances. Au nom de la communauté, il a rassuré le président de leur accompagnement : « Nous ne ménagerons aucun effort pour vous accompagner dans le processus de transition ». A cette tribune, les étudiants burkinabè du Sénégal ont salué l’arrivée de leur « papa » à la tête de l’Etat, et demandé son soutien pour leur permettre de poursuivre et réussir leurs études. « Au-delà de vous voir comme le président du Faso, nous vous voyons comme un papa », a signifié leur porte-parole, Mohamed Abembou Barypoki, au chef de l’Etat. Il a ajouté que quand l’occasion de poser ses doléances à son père se présente, il ne faut pas la rater. Les étudiants ont souhaité que l’Etat accompagne ceux qui sortent majors de leur promotion dans les universités et grandes écoles du Sénégal à trouver un emploi ou à s’auto-employer. Il y a peu de boursiers parmi les 558 étudiants burkinabè inscrits au Sénégal, ont-ils relevé, avant de solliciter l’augmentation du nombre de boursiers, ou au moins l’octroi du prêt FONER au plus grand nombre. Mohamed Abembou Barypoki a souhaité que l’Etat mette à leur disposition une maison d’accueil, qui servirait de pied à terre aux nouveaux arrivants, en attendant qu’ils trouvent un logement. Les étudiants ont également demandé le soutien du président Kafando pour leurs activités de promotion de la culture burkinabè en terre sénégalaise.

Le mérite de l’armée…

A son tour, Michel Kafando a relaté le contexte de son arrivée à la tête de l’Etat burkinabè ainsi que tout le processus de la transition. « Depuis que les événements ont eu lieu, nous avons à cœur de partager tout ce qui s’est passé dans notre pays et tout ce que nous comptons développer comme programme, à tous les Burkinabè », s’est-il adressé à l’auditoire. Il a loué l’esprit patriotique de certains militaires, qui a évité au pays, des effusions de sang. Il a informé ses compatriotes de la mise en place du Conseil national de transition et leur a dévoilé les grandes actions de son mandat. Michel Kafando a réaffirmé son attachement aux valeurs de probité et de justice, son aspiration à l’épanouissement de la jeunesse assoiffée de changement, et sa volonté à lutter contre l’impunité. Il a annoncé la réouverture du dossier Thomas Sankara, et la dédicace du monument des héros aux martyrs de la révolution. Le président Michel Kafando a dit que le fait de voir ses compatriotes vivre à distance le quotidien de leur pays avec les mêmes émotions, lui fait dire qu’« il y a un seul Burkina Faso libre et indivisible ».
De la participation des militaires au gouvernement, il a défendu que « ces jeunes » ont mérité leur place au sein de l’exécutif. « Ils ont réussi, par la négociation, à désamorcer le spectre de la guerre civile qui planait sur le pays. Il fallait bien que ces jeunes nous aident, soient en contrefort pour le gouvernement de transition. Yacouba Isaac Zida a accepté d’être Premier ministre ; nous travaillons ensemble, nonobstant ce qui se raconte », a-t-il soutenu. A propos des élections de 2015, le président Kafando a rassuré qu’elles seront « vraiment transparentes ». « Nous ne relevons d’aucune chapelle politique », a-t-il martelé.
Conscient qu’une transition ne peut pas résoudre tous les problèmes, le président du Faso a affirmé que son équipe va, au moins, tracer les sillons. A ses « enfants », Michel Kafando a relaté sa vie d’étudiant et de responsable d’association estudiantine dans cette même ville de Dakar. Il a déclaré comprendre les préoccupations soulevées dont certaines, a-t-il précisé, ne datent pas d’aujourd’hui. « Dans l’appréhension générale des questions estudiantines que nous allons bientôt faire, nous allons retenir vos doléances. Nous ne pourrons pas les satisfaire toutes, mais nous ferons ce que nous pouvons », a-t-il rassuré.

Assetou BADOH
à Dakar

Sidwaya

Version imprimable