Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Acutalités > Ministères > Communiqué bilan de la marche de l’opposition du 29 juin 2013

Communiqué bilan de la marche de l’opposition du 29 juin 2013

lundi 1er juillet 2013

Le samedi 29 juin 2013, à l’appel du Chef de File de l’Opposition politique (CFOP) des manifestants dont le nombre variait de quelques dizaines (Dédougou, Kongoussi, Kaya, Banfora, Fada, Kombissiri, Pô, Boussé, Titao, Koupéla, Yako, Gaoua) à quelques centaines (Koudougou, Ouahigouya, Dori, Bobo, Ouagadougou) ont menés différentes actions allant des sit-in (Titao) aux marches en passant par des parades à motos (Koupéla) pour exiger du gouvernement le retrait de la loi portant mise en place de la deuxième chambre du parlement (Senat) ainsi que de meilleures conditions de vie, de travail et d’études pour les salariés, étudiants et populations.

Encadrés par les forces de l’ordre et les services d’ordre du CFOP, ces manifestants se sont exprimés dans le calme et dans le respect de l’ordre dans les différentes villes qui ont connu des manifestations sauf à Ouagadougou où quelques manifestants qui ont réussi à déjouer
la vigilance des services d’ordres du CFOP ont tenté de s’en prendre aux forces de l’ordre stationnées au Rond point des Nation Unies. Après avoir terrasser les barrières, ces manifestants
visiblement surexcités voulaient en découdre avec les forces de l’ordre en violation des consignes données et constamment répétées par les services d’ordre du CFOP avant et pendant la marche. Pour ne pas se laisser déborder, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour les repousser.

Ces lacrymogènes ont eu pour effet de les faire replier précipitamment, provoquant quelques blessés légers dans leurs rangs. Des blessés qui ont vite été pris en charge par les équipes des sapeurs pompiers.
Constatant que les forces de l’ordre n’exerçaient pas de poursuite, ces manifestants agressifs se sont mis à se réorganiser avec des projectiles pour revenir à l’assaut des positions des forces de l’ordre. Informé, le service d’ordre de la marche s’est rapidement déployé pour les contenir et les ramener à la marche qui s’est poursuivie sans d’autres incidents pour s’achever comme prévu par un meeting à la Place de la Nation. Selon les constatations faites par les forces de l’ordre et les cas enregistrés dans les formations sanitaires habilités à gérer ces genres d’urgences, le bilan est le suivant :

Au CMA du secteur 30 : deux (02) femmes et un (01) jeune homme admis pour des maux de hanche et des blessures légères aux pieds soignés et libérés ;

Au niveau du CHUN Yalgado Ouédraogo : quatre (04) blessés légers soignés et libérés dont un cameraman de la RTB qui a fait sa crise d’asthme suite à l’inhalation des gaz lacrymogènes. Un (01) étudiant ayant reçu des éclats au ventre probablement liés à l’usage de grenades lacrymogènes sans gravités était toujours en soin dans la soirée de samedi. On n’a enregistré aucun blessé par balles et aucune perte en vie humaine ; les forces de l’ordre ayant fait preuve de professionnalisme et n’utilisant que des armes conventionnelles de maintien de l’ordre.

Version imprimable