Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEYON LUC ADOLPHE TIAO, PREMIER (...)

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEYON LUC ADOLPHE TIAO, PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT, A L’OCCASION DE LA CLOTURE DE LA 21ème SESSION DE L’ASSEMBLEE GENERALE DES SOCIETES D’ETAT

vendredi 28 juin 2013

• Mesdames et Messieurs les Membres de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat ;

• Honorables invités ;
• Mesdames et Messieurs ;

A la fin de cette session consacrée à l’examen des états financiers de l’exercice 2012 de nos sociétés d’Etat, permettez-moi, au nom de Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Faso, Président de l’Assemblée Générale des sociétés d’Etat, d’adresser mes vives félicitations et mes encouragements aux dirigeants et à l’ensemble des travailleurs de nos sociétés qui, malgré le contexte économique difficile, ont pu maintenir la croissance de l’activité de leurs structures et réaliser des résultats appréciables.
Ces félicitations s’adressent également aux Commissaires aux comptes qui assistent ces sociétés à travers leurs conseils avisés.

• Mesdames et Messieurs,

La session nous aura permis d’approfondir la réflexion sur les questions récurrentes qui influent sur la gestion de nos sociétés d’Etat et d’apprécier les progrès réalisés par chacune d’entre elles.
Dans ce sens, je note que de manière globale, la structure économique et financière de nos sociétés d’Etat est satisfaisante et que les principaux soldes significatifs de gestion ont progressé entre 2011 et 2012 pour la majorité de nos sociétés. A contrario, certaines sociétés ont enregistré des contreperformances, qu’il convient de travailler à corriger pour s’inscrire dans la même dynamique de création de richesses.

• Mesdames et Messieurs,

La session nous aura aussi permis de mieux appréhender les difficultés que connaissent nos entreprises, de mesurer les défis auxquels nous sommes confrontés, et de proposer des solutions appropriées pour consolider les résultats.
Nous devons par conséquent poursuivre nos efforts dans la mise en place et la consolidation des outils de bonne gouvernance de nos entreprises.
Cela exige que les différents responsables de nos sociétés mettent à profit la tenue de cette Assemblée générale pour partager les partages de bonnes pratiques, et entretenir une dynamique de prévention et d’anticipation sur les défis que nous sommes appelés à relever. A cet effet, je salue le fonctionnement effectif du Cadre de concertations des sociétés d’Etat et des audits de contrôle interne qui contribuent à l’enracinement définitif de la culture de bonne gouvernance au sein de nos sociétés.

• Mesdames et Messieurs les Administrateurs,
• Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux ;
• Mesdames et Messieurs ;
Au moment où nous clôturons nos travaux, je voudrais insister particulièrement sur cinq éléments qui me paraissent essentiels :

-  Premièrement, le rôle et la responsabilité des conseils d’administration dans nos sociétés doit s’affirmer davantage afin d’instaurer définitivement les bonnes pratiques et la culture de l’excellence. J’invite par conséquent les Présidents des conseils d’Administration qui sont garants de la bonne gestion de leurs sociétés à veiller à ce que le conseil d’administration assure efficacement le contrôle permanent de la gestion assurée par le Directeur général, précise les objectifs de la société et l’orientation qui doit être donnée à son administration.
-  Deuxièmement, les principales faiblesses dans la gestion de nos sociétés d’Etat sont toujours mises en évidence dans les rapports des commissaires aux comptes et des autres organes de contrôle. J’exhorte par conséquent les dirigeants de nos sociétés d’Etat à veiller à la mise en œuvre effective de ces recommandations, afin de créer toutes les conditions propices au plein épanouissement du personnel, à l’amélioration continue des prestations offertes à la clientèle, à la maîtrise des coûts de production. C’est à ces conditions que nos sociétés pourront tirer leur épingle du jeu de la concurrence internationale et répondre mieux aux attentes des populations à travers des prestations de qualité et à moindre coût.

-  Troisièmement, l’amélioration de la performance de nos entreprises exige de nous de l’anticipation et de la vision dans nos projets d’investissement. J’exhorte les dirigeants de nos entreprises à s’appuyer sur le dialogue social et la concertation pour se doter des plans d’investissement conséquent et à développer le partenariat public privé pour faciliter leur mise en œuvre. Au regard des contraintes budgétaires de l’Etat, le partenariat public privé demeure une alternative à explorer par les sociétés d’Etat pour accélérer l’exécution de leurs projets d’investissements.
-  Quatrièmement, Dans la perspective de réduire durablement le coût des facteurs de production, d’améliorer l’offre énergétique et l’accès des populations à l’énergie, j’invite le Ministre en charge de l’Energie à accélérer l’élaboration d’un plan de promotion des énergies renouvelables et d’un plan de restructuration de la SONABEL. Dans le même sens, j’invite le Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat à parachever l’audit de la SONABHY, afin de proposer au Gouvernement des scénarios clairs à envisager pour garantir à notre pays un approvisionnement régulier en produits pétroliers de qualité et à moindre coût.
-  Cinquièmement enfin, la nécessité pour toutes les sociétés de s’inscrire dans une dynamique d’excellence et de compétitivité, en s’engageant résolument sur la voie du respect des normes et standards internationaux.
Dans ce sens, je salue au passage la certification de certaines sociétés qui ont réussit à se mettre aux normes ISO 9001. J’encourage les autres à suivre ce bon exemple.

• Mesdames et Messieurs,
• Honorables invités,
Je ne saurais terminer mon propos sans renouveler mes félicitations au secrétariat technique de l’Assemblée générale des Sociétés d’Etat ainsi qu’à tous les acteurs qui ont apporté leurs contributions au succès de la présente session.
J’invite les présidents de Conseil d’administration et les Directeurs généraux à une application stricte de toutes les décisions issues de nos travaux et en appelle à leur sens de responsabilité et de rigueur.
Je ne doute pas que chacun mettra tout en œuvre pour que toutes les résolutions et recommandations prises lors de la présente session soient intégralement mises en œuvre d’ici à la 22e session en juin 2014, et que cela impacte de manière significative la gestion de nos sociétés d’Etat.
Sur ce, tout en vous souhaitant un bon retour dans vos services respectifs, je déclare close, au nom du Président du Faso, Président de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat, la vingt-et-unième session de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat.

Je vous remercie.

OUAGADOUGOU, LE 28 JUIN 2013

Version imprimable