Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > Discours de son excellence monsieur Beyon Luc Adolphe Tiao, premier (...)

Discours de son excellence monsieur Beyon Luc Adolphe Tiao, premier ministre, chef du gouvernement a l’occasion de sa visite du 13 septembre 2012 a L’ASCE

jeudi 13 septembre 2012

Monsieur le Contrôleur Général d’Etat,
Mesdames et Messieurs les Contrôleurs d’Etat,
Je voudrais saisir l’occasion de cette visite pour vous remercier de votre présence effective à cette rencontre et vous féliciter pour le travail titanesque et gigantesque que vous ne cessez d’abattre chaque jour afin de venir à bout de la corruption et de la mal gouvernance dans notre pays, souvent avec des ressources limitées et dans des conditions difficiles.
Monsieur le Contrôleur Général d’Etat,

Le rapport 2011 que vous m’avez transmis dénote du sérieux et de la rigueur avec lesquels, se fait le travail d’investigations de l’ASCE. En effet, ce rapport est le fruit du travail d’exploitation et de coordination de plus de 400 contributions de nature variée issues de missions de l’ASCE, des Inspections Générales des Services et parfois d’enquêtes conjointes.

Il évoque l’activité de contrôle dans toute sa richesse et se situe entre continuité et innovation. Continuité parce que l’ASCE reste toujours impliquée dans des sujets qui constituent son épine dorsale, la recherche de la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption ainsi que les autres formes de délinquances économiques et financières à travers les contrôles de conformité, de régularité et de performance ; les investigations et les audits basés sur les risques. Innovation aussi, parce que l’ASCE est interpelée de façon croissante sur des thématiques relativement nouvelles.

Monsieur le Contrôleur Général d’Etat,
Mesdames et Messieurs les Contrôleurs d’Etat,

Sur la base des attributions de votre institution, vous avez produit un rapport qui s’articule autour des points ci-après :
• Première partie : bilan de la mise en œuvre des recommandations, de l’état d’avancement des dossiers introduits en justice et de recouvrements ;

• Deuxième partie : activités de contrôle, de prévention et de lutte contre la corruption ;

• Troisième partie : activités connexes réalisées par l’ASCE.

Monsieur le Contrôleur Général d’Etat,
Un tour d’horizon de ce rapport 2011 laisse apparaitre que malgré les dispositions prises, les efforts engagés, la lutte contre la mal gouvernance et la corruption doit s’intensifier et requiert de la part des pouvoirs publics que nous sommes, un engagement ferme et soutenu. C’est pourquoi je voudrais réaffirmer ici ma détermination et mon engagement à traquer les délinquants, les fossoyeurs de notre économie jusqu’à leur dernier retranchement.
Monsieur le Contrôleur Général d’Etat,

Je puis vous assurer que les auteurs de malversations avérées seront traduits devant les juridictions compétentes et punis conformément à la loi dans toute sa rigueur. D’ailleurs je vous engage d’ores et déjà à prendre toutes les dispositions utiles à cet effet.

Pour ce qui est du suivi des recommandations antérieures, il ressort que sur un manque à gagner de deux milliards cent dix neuf millions quatre cent cinq mille cinquante trois (2 119 405 053) FCFA, seulement soixante et un millions sept cent deux mille huit cent soixante dix sept (61 702 877) FCFA ont été recouvrés. Aussi, sur 525 recommandations formulées, 325 ont été exécutées et 195 non encore exécutées. Par ailleurs, les 14 dossiers introduits en justice n’ont pas encore connu leur dénouement.

Ces éléments, en deçà de nos attentes, sont de nature à alimenter les doutes et les suspicions des populations quant à la suite réservée aux recommandations de votre Institution.

C’est pourquoi, au regard de ce qui précède et pour rétablir la confiance d’avec les populations, je vous engage à me faire des propositions concrètes de mise en œuvre efficiente des recommandations des rapports antérieurs restés sans suite dans les meilleurs délais.

Monsieur le Contrôleur Général d’Etat,

L’analyse du rapport 2011 fait ressortir un total de 395 rapports de l’ASCE et des inspections techniques des services. Même si ce nombre est en légère baisse, comparativement à celui des années antérieures, il a permis de relever des insuffisances et surtout de formuler des recommandations pour chaque structure et pour chaque catégorie d’acteur enquêté.

Aussi, pour donner suite à ces pertinentes recommandations, j’ai instruit mes services de convoquer incessamment un Conseil de cabinet ouvert à l’ensemble des membres du Gouvernement auquel, Monsieur le contrôleur général d’Etat, vous prendrez part. Ce Conseil de Cabinet élargi définira les modalités pratiques de la mise en œuvre de ces recommandations.
Monsieur le Contrôleur Général d’Etat,

Je voudrais vous rappeler qu’au moment où nous sortons progressivement de la crise qu’a connue notre pays, nous ne saurions laisser une place à l’inefficience et à l’inefficacité de nos institutions. En effectuant cette visite ce matin, je m’engage avec vous à faire reculer les pratiques qui ternissent l’image de notre gouvernance économique et politique.

Monsieur le Contrôleur Général d’Etat,

Tout en vous réaffirmant mon engagement à faire de la lutte contre la corruption et la mal gouvernance dans notre pays mon cheval de bataille, je vous exhorte à plus d’implication et de rigueur dans le suivi de la mise en œuvre de vos recommandations.

Je vous remercie !

Ouagadougou, le 13 Septembre 2012

Version imprimable