Accueil thématique

Dossiers


Recherche personnalisée


Vidéos
PNDES : Ouagadougou veut convaincre pour financer son développement



Abonnez-vous!
La lettre d'information du Gouvernement


Sites Publics

 Présidence du Faso
 Assemblée nationale
 LegiBurkina
 Archives du site du Premier Ministère
Accueil > À la une > Discours du Premier Ministre > Discours de lancement de son excellence monsieur Luc Adolphe Tiao, (...)

Discours de lancement de son excellence monsieur Luc Adolphe Tiao, Premier ministre, chef du gouvernement à l’occasion de la 8ème édition de la Semaine Nationale de l’Internet et des autres technologies de l’information et de la communication - SNI -

vendredi 8 juin 2012

Mesdames et Messieurs les Présidents d’Institutions ;

Messieurs les Anciens Chefs d’Etat ;

Honorables invités ;

Mesdames et Messieurs ;

La Semaine Nationale de l’Internet et des autres technologies de l’information et de la communication, faut-il le rappeler, a été instituée dans notre pays afin de :

-  Promouvoir et encourager le développement de l’Internet sur tout le territoire national ;

-  Susciter et coordonner les activités concourant à la sensibilisation et à l’appropriation des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) par toutes les composantes de la société ;

-  Susciter et stimuler des synergies d’actions entre les promoteurs du domaine ;

-  Favoriser le renforcement de la coopération internationale dans le secteur des TIC ;

-  Encourager la création et l’innovation, notamment par l’organisation de grands prix.

L’édition 2012 de la Semaine nationale de l’Internet et des autres technologies de l’information et de la communication s’inscrit également dans la dynamique de la célébration le 17 mai de chaque année, de la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information.

L’Assemblée générale des Nations unies a décidé de célébrer le 17 mai, la « Journée mondiale de la société de l’information », dans le but de mettre en relief l’importance des TIC dans le monde actuel. Cette décision sera entérinée par la conférence des plénipotentiaires de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), réunie en novembre 2006 à Antalya en Turquie.

Aussi voudrais-je saisir l’occasion de cette 8ème édition de la Semaine Nationale de l’Internet et des autres technologies de l’information et de la communication pour réaffirmer solennellement l’adhésion pleine et entière du Burkina Faso aux principes définis lors de ce Sommet et, sa détermination à mettre en œuvre les stratégies et actions qui y ont été définies.

Dans le contexte du Burkina, la Semaine Nationale de l’Internet et des TIC doit contribuer à sensibiliser fortement l’opinion sur les l’inépuisable potentiel surtout utilitaire que chaque citoyen, dans son domaine d’activité spécifique, peut tirer de ces technologies de nouvelle génération.

Mesdames et Messieurs,
Honorables invités,

En effet, à travers le monde, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement, les technologies de l’information et de la communication ont révélé leur capacité :

• à renforcer et à démultiplier les capacités humaines dans tous les secteurs d’activités ;

• à renforcer la compétitivité des entreprises ;

• à faciliter la transparence et la bonne gouvernance ;

• à contribuer en somme, à la simplification et à l’amélioration de la vie des citoyens.

En outre, les coûts d’accès à ces technologies permettent aujourd’hui, d’assurer leur large diffusion même dans les pays en développement comme le nôtre et même dans les zones rurales autrefois marginalisées à cause du handicap énergétique.

Cependant leur implantation ne saurait être qu’une étape car les nouvelles technologies de l’information et de la communication doivent être en définitive les vecteurs d’un facteur déterminant de changement de la société, en ce qu’elles vont bouleverser totalement le quotidien de nos vies.

Aussi, les Gouvernements et les entreprises doivent-ils modifier en conséquence leurs politiques et moyens d’actions, ainsi que leur façon de concevoir leurs services vis-à-vis des usagers, afin de favoriser une implantation durable de ces technologies et une adhésion maximale des populations.

Ils doivent aussi faire en sorte que les citoyens comprennent le bien-fondé de ces mutations et changements, et qu’ils acceptent de développer en conséquence, leurs capacités à utiliser efficacement ces nouveaux moyens technologiques dans la vie de tous les jours.

Mesdames et Messieurs,
Honorables invités,

Dans notre société, de telles évolutions ne peuvent s’opérer sans une véritable campagne de sensibilisation autour des possibilités nouvelles qu’apportent ces technologies dans tous les aspects de la vie. Ceci s’impose d’autant plus qu’’aujourd’hui, notre capacité à participer efficacement à l’économie nationale, puis mondiale est devenue largement tributaire de notre niveau d’appropriation de ces technologies.

Pour sa part, le Gouvernement s’est résolument engagé pour la promotion du numérique et sa vulgarisation au Burkina Faso.

Pour ce faire, nous poursuivons l’extension du Réseau Informatique National de l’Administration (RESINA), qui est un réseau convergent de voix, de données et d’images, connecté de façon sécurisée à Internet, créant ainsi les bases de fiabilité indispensable pour le plein développement de l’administration électronique.

Le Gouvernement a également entrepris la construction d’un Backbone national, épine dorsale en fibre optique qui va relier entre elles l’ensemble des collectivités rurales et urbaines, afin d’offrir des accès voix, données et image à haut débit.

Mesdames et Messieurs,
Honorables invités,

Chaque édition de la Semaine Nationale de l’Internet doit surtout nous donner l’opportunité d’engager avec tous les acteurs concernés, un débat constructif afin d’approfondir notre compréhension sur la manière dont nous pouvons nous servir des TIC pour moderniser notre société, renforcer nos capacités et améliorer notre compétitivité.

Le thème de la présente édition, « TIC et Monde Rural » est sans aucun doute un thème d’actualité, particulièrement pertinent pour notre pays à forte prédominance rurale.

La réflexion autour de cette thématique, nous invite à examiner toutes les possibilités d’exploiter les TIC pour offrir de meilleures perspectives aux populations rurales en matière de lutte contre la pauvreté, la faim, la maladie et l’analphabétisme.

Le développement des TIC en milieu rural s’impose en effet comme une nécessité inéluctable. Il doit contribuer à réduire la fracture numérique entre les villes et les campagnes.

Il est du reste important de noter que la moitié de la population mondiale vit dans des régions rurales. Cette population d’environ 3 milliards de personnes, représente la catégorie d’habitants les plus pauvres, les moins formés et les plus défavorisés par rapport aux citadins.

Mesdames et Messieurs,
Honorables invités,

Vous comprendrez donc, que je saisisse cette opportunité pour réitérer les encouragements du Gouvernement à tous les acteurs du secteur, qui œuvrent inlassablement pour la transition de notre pays vers une société de l’information et du savoir.

Je les invite à poursuivre et à intensifier leurs efforts car le processus mondial enclenché est irréversible et il nous appartient de consentir les sacrifices nécessaires pour ne pas rester en marge du progrès et des mutations conséquentes.

Dans cette démarche, il me plaît d’exprimer mes sincères remerciements à nos partenaires stratégiques. Je tiens tout particulièrement à citer : la République de Chine Taïwan, la Commission de l’UEMOA et les principaux sponsors de cette édition pour leurs contributions à l’avènement de la société des savoirs au Burkina Faso.

Je ne puis occulter le soutien d’acteurs tout aussi stratégiques, sans le soutien actif desquels, la tenue de cette semaine n’aurait pas été possible. Il s’agit des sociétés de services informatiques, des promoteurs de cybercafés, des divers réseaux et groupements des promoteurs des TIC, des grandes administrations et entreprises utilisatrices des TIC, des principaux acteurs de l’audiovisuel et de la presse.

Soyez tous remerciés pour votre parfaite mobilisation.

Quant aux grands utilisateurs des TIC et à tous ceux qui ont accepté de participer à cette 8ème édition, je ne doute pas un seul instant qu’ils sauront faire de cette semaine nationale une réussite pour eux-mêmes d’abord et, ensuite, pour la promotion et la vulgarisation des TIC dans notre pays.

Je voudrais aussi féliciter les organiseurs de cette 8ème édition de la Semaine Nationale de l’Internet, pour leur ténacité et leur détermination face aux difficultés rencontrées qui, somme toute, sont inhérentes à toute organisation de cette envergure.

Je formule enfin le vœu que les activités qu’ils ont prévues contribueront à sensibiliser le maximum de Burkinabé et en particulier, les acteurs du monde rural sur l’utilité et le potentiel des TIC.

C’est sur ces mots que je déclare lancées les activités de la 8ème édition de la Semaine Nationale de l’Internet et des autres technologies de l’information et de la communication.

Je vous remercie.

Juin 2012

Version imprimable